Un accompagnement pour une meilleure respiration

psychobao


Coachs et médecins trouvent une tendance alarmante dans leur pratique : de nouvelles “cibles” ont rejoint les professionnelles de la santé et les enseignants comme population à haut risque de stress. Il s’agit des entrepreneurs, activistes, militant.e.s des droits humains, idéalistes des ONG, acteurs de la transition écologique, visionnaires, artistes, mamans restant à la maison pour élever les générations futures. Ces individus qui ont à coeur d’apporter un changement positif dans le monde présentent désormais des symptômes de fatigue compassionnelle. Cela se manifeste émotionnellement, physiologiquement, dans les relations et au travail.

Comme conséquence, ces personnes, soit se déconnectent de plus en plus de ce qui nourrissait leur passion, soit  se laissent tellement absorber par leur travail qu’elles deviennent accros à l’adrénaline, la drogue la plus dangereuse de notre époque selon les médecins.

Dans le cadre de ma formation professionnelle et pour éviter l’essoufflement, je participe chaque année à la Global Inspiration Conference (GIC) de l’International Breathwork Foundation (ICF). Cet événement unique au monde est comparable au festival “Burning Man” et porte surtout sur l’art de la santé et du bien-être.

Y viennent pour se ressourcer et partager les nouvelles techniques d’accompagnement, des coachs, des médecins, des thérapeutes, des experts et intéressé.e.s de tout ordre qui ont un fil rouge en commun: la respiration et le travail sur le Souffle.

Si cela semble étrange d’aller à un congrès pour respirer … il y a une différence entre respirer automatiquement et cultiver l’art de la respiration consciente connectée! En effet, tout le monde respire, mais généralement mal, peu et superficiellement.

Dans le travail du Souffle, il s’agit de d’abord prendre conscience du lien entre le corps, les pensées, les émotions et les événements externes, méthode d’observation bien connue en mindfulness. De l’observation pure on passe ensuite à l’action de choisir consciemment comment respirer de manière à rester calme, serein et non-réactif.

Il s’agit donc d’influencer volontairement notre système nerveux autonome en régulant la partie ‘sympathique’ (responsable du mode ‘actif’, fuite et combat) et la partie parasympathique (mode repos, guérison et récupération).

La respiration consciente nous fait passer du mode ‘pilote automatique’ à un état de choix conscient, de pensée logique et rationnelle. Lorsque nous passons d’un état d’alerte à celui plus ‘activement passif’, nous atténuons l’activité dans la partie du cerveau qui déclenche la réaction de stress et activons la partie du cerveau qui régit l’empathie et la compassionLa façon la plus simple d’enclencher le mécanisme de détente est de …bailler. Bailler consciemment et sans entrave est l’antidote par excellence contre le stress. Faites-le maintenant et constatez…

Il est crucial de noter que notre schéma respiratoire, notre posture corporelle et le ton de la voix envoient constamment des signaux au cerveau par un système de biofeedback. Si le corps envoie des signaux de stress au cerveau par le biais d’une respiration superficielle et des muscles tendus, le cerveau réagira en conséquence en activant une énergie adrénalisée. C’est le travail du nerf vague, ce système d’information qui relie le cerveau au ventre et vice versa.

Si nous ne nous octroyons pas des moments de récupération et de relaxation nous ne connaitrons plus que l’état d’énergie adrénalisée chronique et en deviendrons dépendants. Maintenir un bon tonus vagal est un important sujet de coaching. Lorsque nous inspirons, la fréquence cardiaque augmente légèrement et lorsque nous expirons, elle diminue légèrement. Cette élasticité de notre fréquence cardiaque est connue sous le nom de variabilité de la fréquence cardiaque.

Plus le rythme respiratoire est équilibré, plus la variabilité de la fréquence cardiaque est élevée, plus notre système énergétique est fort et moins nous sommes sujets à la surexcitation.

Au GIC, J’ai rencontré le Dr. David O’Hare un des meilleurs spécialistes internationaux de la cohérence cardiaque qui forme des thérapeutes au sein de l’Institut de médecine intégrée fondé par son ami David Servan-Schreiber.

La cohérence cardiaque est une pratique thérapeutique reconnue. Je vous invite à écouter David O’Hare sur https://www.youtube.com/watch?v=MLe_Pcy2mdw

La technique respiratoire « 365 » fait baisser les niveaux de cortisol, renforce le système immunitaire et stimule l’énergie ressourçante. Downloadez l’application RespiRelax + gratuitement et regardez les explication sur  https://www.youtube.com/watch?v=fxYuu10I1Uw

Inspirez lentement pendant 5 secondes et expirez lentement pendant 5 secondes en maintenant la respiration connectée. 3 fois par jour, 6 respirations par minute, durant 5 minutes.

Le matin, pour équilibrer le système avant de commencer la journée, l’après-midi comme boucle de récupération car l’énergie commence à diminuer dans l’après-midi. Le soir, comme une routine de détente. C’est aussi une excellente technique d’auto-coaching contre l’anxiété.

Et pensez à bailler le plus possible! De préférence en compagnie…. c’est contagieux.

Cet article a été réalisé en collaboration avec BAO Elan Vital – Danielle De Wilde.
www.bao-group.be

Flore intestinale : les bienfaits du vin rouge

Coachs et médecins trouvent une tendance alarmante dans leur pratique : de nouvelles “cibles” ont rejoint les professionnelles de la santé et les enseignants comme …