La Mincithérapie, un art de vivre

Régime. Kilos. Excès pondéral. Autant de mots qui résonnent dans nos têtes comme une souffrance. Autant de mots reçus comme une menace ou une agression par nombre d’entre nous.

Soyons honnêtes, nous détestons nos kilos superflus. Mais nous n’aimons pas plus les régimes. Régime rime avec privation, frustration, craquage, reprise de poids et effet yoyo. Avons-nous le droit de nous infliger cela ? France Verheyden répond négativement à cette question et intègre la notion de surpoids dans une problématique globale, pour nous aider à trouver les vraies questions et leurs réponses.

Voyage au centre de soi avec la Mincithérapie

Ici, on ne parle pas de régime, pas de poids, pas de calories, ni même d’alimentation. Avec la mincithérapie, on va apprendre à se connaître, à écouter son corps, à s’aimer et à se (re)positionner par rapport aux autres. Vous l’aurez compris, il s’agit d’une approche bienveillante et positive. Cette approche, France Verheyden l’appelle Mincithérapie. Pourquoi parler de thérapie ? Parce que France, thérapeute depuis 15 ans, a constaté et compris, au fil des entretiens avec ses patients, les mécanismes de la compensation. La nourriture est une contrepartie, une sorte de dédommagement, largement utilisé, accessible à tous et socialement acceptable et que nous utilisons mal ou trop, quand nous n’allons pas bien.

D’autre part, on le sait, si les régimes fonctionnent dans un premier temps, dès qu’on craque et qu’on n’arrête de priver son organisme, les kilos reviennent au galop et le gras se réinstalle allègrement.

Le concept

La Mincithérapie est un travail de reconnexion à soi, à son corps, à ses besoins profonds, parfois occultés, oubliés, ou même jamais ressentis consciemment. Quand le corps et l’esprit sont l’un et l’autre en bonne santé, qu’ils fonctionnent dans une bonne synergie, ils maintiennent un état d’équilibre. Malheureusement, nous grandissons tous avec des croyances, des pressions familiales ou sociétales, nous vivons dans un stress permanent, dans la compétition, dans la crainte de ne pas être à la hauteur… Nous trainons des blocages, des peurs, comme celle de ne plus être aimé si on dit non. Certains ont un sentiment d’insécurité qui génère des angoisses. Pour d’autres c’est un sens de la perfection exacerbé, accompagné de culpabilité. Tout ça nous donne envie de compenser, avec du chocolat, des chips ou de l’alcool, parce que nous ne sommes plus à l’écoute de nous-mêmes. Nous ne nous posons plus les bonnes questions.

Quel rôle joue réellement la nourriture ? Elle sécrète des hormones qui nous apaisent, les endorphines. Dans un état de mal-être, notre cerveau en réclame. Toujours plus. Qui n’a jamais mangé un paquet de biscuits, sans en avoir vraiment envie, de manière compulsive, sans le savourer et finalement sans plaisir ? Nous nous anesthésions avec la nourriture et la prise de poids n’est qu’une conséquence de ce leurre.
En cas de stress ou de déséquilibre, le corps, programmé pour la survie et la reproduction de l’espèce, va se protéger, anticiper et accumuler.

L’approche de la
Mincithérapie telle que l’a conçue France Veheyden, se base sur le travail d’individuation de Carl Jung pour mettre en évidence l’importance de se libérer des injonctions de la société. L’objectif est de trouver les ressources en nous plutôt que dans la nourriture. Manger ne doit plus être vécu comme une protection.

En pratique

France Verheyden et son équipe de coaches proposent des séances de groupe où vous apprendrez à vous reconnecter à vous-même, à faire un travail d’introspection et de prise de conscience. Ce sont des moments de partage, avec théorie et pratique, basés sur différentes techniques telles que la méditation, le yoga du rire, la PNL, l’hypnose, l’approche neurocognitive et comportementale… Ce panel va vous permettre d’opter pour la ou les techniques qui vous conviennent le mieux, celles qui vous parlent, qui touchent votre sensibilité ou votre vécu. On est quasi dans l’élaboration d’une méthode sur-mesure.

Ces séances, à raison d’une par semaine, vont s’étaler sur dix mois. Dix mois ! direz-vous. Effectivement, ça peut paraître long mais la conceptrice l’explique très bien et elle est convaincante. Ce temps est nécessaire pour mettre en pratique, comprendre comment on fonctionne, faire un travail en profondeur et créer une transformation durable.

Chaque module de sept semaines s’articule autour d’un thème, le premier mettant l’accent sur la base de votre situation, le bilan de votre vie, votre niveau de satisfaction dans les différents domaines. Finalement, êtes-vous heureux ? Et tout doucement, en partant de l’écoute de votre corps, vous entrerez dans un processus de prise de conscience. Aucun aliment n’est interdit, la culpabilité n’existe pas.

Ensuite, vous allez travailler sur vos croyances et être à l’écoute de votre mental.

En règle générale, le cerveau fonctionne à 90 % en mode automatique et à 10 % en mode adaptatif. Vous allez détricoter vos schémas automatiques et limitants et développer d’autres réflexes pour (re)construire quelque chose de plus juste et de plus éthique pour vous.
Des exercices et des moments de débriefing vous y aideront. A la maison, vous continuerez le travail d’introspection avec des vidéos. Au fil des modules, vous allez à la rencontre de vous-même, de votre moi profond pour apprendre à mieux vous connaître et mieux vous aimer.

Le cursus complet se compose de 35 séances. Le prix est de 195 € tous les deux mois.
La méthode de France Verheyden s’adresse à tous, femmes, hommes et ados et il y a des coaches formés à la Mincithérapie dans plusieurs villes du Brabant wallon : Waterloo, La Hulpe, Dion Valmont. Des groupes sont aussi présents à Bruxelles, Marcinelle, Liège, Hannut et Gembloux.

Inscription et informations sur www.mincitherapie.org ou par téléphone au 0477 777 027.

 

Plus d'articles


Angèle : « J’ai besoin de m’affirmer seule »

Pas tout à fait adulte, plus tout à fait enfant, Angèle nous fascine par son insolente spontanéité qui a poussé librement sur les réseaux sociaux. …


Conférence de Lise Bourbeau : comment créer sa vie dans le monde d’aujourd’hui ?

Conférence (en français) à Lille le 14 septembre 2018 de 19h à 22h Avec tout ce qui se passe actuellement dans le monde, beaucoup ressentent de l’incertitude …


Faut-il donner un smartphone aux enfants ?

De nombreux médecins tirent la sonnette d’alarme : la dépendance aux écrans est dangereuse pour les jeunes. Quand parle-t-on d’une addiction? Comment mettre en place des mesures de prévention adaptées afin de protéger les jeunes d’une utilisation inadéquate de ces médias ?


Courge : danger de chute des cheveux !

Régime. Kilos. Excès pondéral. Autant de mots qui résonnent dans nos têtes comme une souffrance. Autant de mots reçus comme une menace ou une agression …