TRE PIANI explore le vivre ensemble et sonde les relations humaines

Adapté de l’œuvre littéraire d’Eshkol Nevo et réalisé par Nanni Moretti, le drame TRE PIANI nous offre à vivre les histoires entremêlées de trois familles romaines habitant le même immeuble. Nominé à la Palme d’Or à Cannes, le film croise avec brio ces destins familiaux tout en explorant avec justesse la fragilité et l’importance des relations humaines. Une véritable poésie du quotidien à résonance universelle, à voir absolument.

Trois étages, trois familles
Une série d’événements va transformer radicalement l’existence des habitants d’un immeuble romain. Lucio, Sara et leur fille de sept ans, Francesca, vivent au premier. Dans l’appartement d’en face, il y a Giovanna et Renato. Un soir, ce dernier disparaît avec l’enfant pendant plusieurs heures. Au deuxième étage vit Monica, délaissée par son mari et aux prises avec sa première expérience de la maternité, rongée par la crainte de devenir un jour comme sa mère, hospitalisée pour troubles mentaux. Au dernier étage, un couple de juges (Dora et son mari Vittorio) va être confronté à un crime commis par leur fils de 20 ans, Andrea. Ces événements isolés dévoilent les difficultés à être parent, frère ou voisin dans un monde où les rancœurs et la peur semblent avoir eu raison du vivre ensemble. Tandis que les hommes sont prisonniers de leurs entêtements, les femmes tentent, chacune à leur manière, de raccommoder ces vies désunies.

Un film proche de nous

À l’instar de précédents longs métrages de Moretti (Mia Madre, La Chambre du fils, Habemus Papam), le film, réalisé de main de maître et porté par le jeu lumineux des acteurs et actrices (Riccardo Scamarcio, Alba Rohrwacher et Margherita Buy) aborde des thèmes universels tels que la culpabilité, les conséquences de nos choix, le deuil, la justice et la responsabilité qui accompagne le fait d’être parent. Les personnages, fragiles et effrayés, sont mus par des peurs et des obsessions, et finissent souvent par accomplir des actes extrêmes. Pourtant, leurs motivations émotionnelles et sentimentales sont toujours compréhensibles par le spectateur, qui y retrouve les coins les plus sombres de son âme. 

Tre Piani film photo

@Tre Piani – Cinéart

« À l’heure où nous parlons beaucoup de ce que nous laisserons à nos enfants en termes écologiques, nous évoquons peu ce que nous leur laisserons en termes éthiques et moraux. Chaque geste que nous faisons, même dans l’intimité de notre foyer, a des conséquences qui affecteront les générations futures. Cette histoire raconte notre tendance à mener des vies isolées, à nous éloigner d’une communauté que non seulement nous ne voyons plus, mais dont nous pensons pouvoir nous passer », explique ainsi Nanni Moretti.

Une résonance toute particulière

Même réalisé bien avant l’épidémie de COVID, TRE PIANI arrive au bon moment. Après des mois d’isolement et de séparations forcées, ce film nous rappelle combien les relations intimes sont porteuses de bienfaits et de difficultés : au sein des couples, entre parents et enfants, voire entre voisins. Une belle invitation à s’ouvrir au monde extérieur, un drame plein de légèreté ou le tragique côtoie le quotidien, où la vie passe, arrive, s’en va, et qui nous force à garder à l’esprit que notre bien-être est toujours lié à celui des autres. Il ne tient qu’à nous de ne pas à nouveau rester enfermés dans nos « trois étages ».

Envie de gagner vos places pour aller voir Tre Piani au cinéma ? Participez à notre concours ici ! 

 

Cet article a été écrit en étroite collaboration avec Cinéart.

www.cineart.be

A lire aussi :

CONCOURS : Remportez vos places pour le nouveau film Tre Piani

Vapoter ok, mais seulement pour arrêter de fumer

Adapté de l’œuvre littéraire d’Eshkol Nevo et réalisé par Nanni Moretti, le drame TRE PIANI nous offre à vivre les histoires entremêlées de trois familles …