Pourquoi mon enfant est-il si agité ?

fils-nerveux-word

Notre fils de 7 ans ne tient pas en place ! À la maison, rares sont les moments de calme. En classe, il a beaucoup de mal à rester sur sa chaise, ses stylos tombent sans cesse. Que traduit cette agitation ? Comment la canaliser ?
Isabelle, 40 ans.

Par Vanessa Greindl, psychanalyste

À vous lire, votre garçon distrait ne se concentre pas, regarde sans cesse ailleurs, et par ailleurs, est si gentil avec les autres, les plus petits, prend soin des plus faibles, mais semble, complètement déconnecté…
Votre fils, se montre comme tant d’autres, plus relié à son environnement qu’à lui-même, il veille sur les plus jeunes, regarde les mouches voler, s’inquiète de votre santé, précisez-vous un peu plus loin, mais de lui, il ne se soucie guère, ce qui en effet pose quelques difficultés surtout depuis le début de l’école primaire. Serait-il accro à l’autre plus qu’à lui-même ? Vous le décrivez sans limites, ne sentant pas son corps, pouvant marcher sur l’autre sans s’en rendre compte, dans son monde, ailleurs. Si ce type de comportement peut vous alerter et nécessiter parfois un travail avec un professionnel, le retour à la réalité dont vous pouvez lui indiquer le chemin passera aussi par des faits et des actes qui l’aideront à atterrir.

« Il est si fragile, je ne veux pas en rajouter en le sanctionnant, en me fâchant… » Sa fragilité se muerait-elle en dictature ? Le laisser dans sa lune sous prétexte de ne pas le bousculer, pourrait bien revenir à ne pas l’aider à toucher terre …

On peut tout à fait naître physiquement et rester toute sa vie dans sa bulle, avec néanmoins quelques difficultés de tous ordres, naturellement. Votre fils gagnerait à sentir la terre sous ses pieds, et la réalité dans ses mains, il gagnerait à vivre avec son corps habité et donc vivant. Pour ce faire, il importe qu’il puisse déserter sa lune et ancrer sa vie dans l’ici et le maintenant.

De petites choses très concrètes aident un enfant à prendre conscience de son corps et à l’habiter sur notre planète bleue plutôt qu’ailleurs : s’habiller, se laver, se sécher, se couper sa tartine, marcher, porter un sac et sentir son poids, penser à sa collation et goûter le plaisir de la sortir lors de la récréation, tout comme sentir le déplaisir de l’oubli, que ce soit de son dix heures, de sa veste ou de son lacet…

Penser à tout pour lui, lui permet, paradoxalement de rester dans sa lune avec son esprit, puisque vous vous chargez du reste. Oser lâcher certaines choses comme Maman, le bousculera certes, mais comme une naissance bouscule et la mère et l’enfant, il s’agit que son esprit descende et habite non pas les airs, mais ses bras, et jambes… il perdra le nuage sur lequel il campait, ou du moins en partie, mais pour quelle potentiel réalisable … et du coup réalisé.

Plus d'articles


Mon précieux !

À l’ère du tout numérique, seriez-vous encore prêts à mettre la main au portefeuille pour obtenir la version physique d’un objet ? Des chercheurs nous apportent …


Entre l’abandon et l’envahissement

La position que l’on occupe dans l’ordre des naissances dans notre famille d’origine peut s’avérer très importante pour la compréhension de notre personnalité, même s’il …


Nuits étincelantes

Les fards déploient leurs textures métalliques ou iridescentes pour enluminer le visage de précieux accents et éclairer le regard en réfléchissant la lumière artificielle. Conseils …


Grossesse, diabète et hypertension : une forte menace pour la mère... et le père

Notre fils de 7 ans ne tient pas en place ! À la maison, rares sont les moments de calme. En classe, il a beaucoup de …