« Je mets en avant la complémentarité des générations » 

Le parcours que j’ai suivi à l’école de coaching du BAO Group m’a rendue plus ouverte et plus tolérante. Je me suis particulièrement imprégnée de la manière d’aborder les choses en cherchant toujours l’intention positive qui motive tous nos comportements. Par Chantal Cabuy, Directrice des ressources humaines ches Cofinimmo

Avant, je réfléchissais en termes de ‘qui a raison ou qui a tort’. Je sais aujourd’hui que, dans une situation de conflit entre deux collègues, il y a deux manières de percevoir les choses, deux cartes du monde qui se retrouvent face à face et j’essaie de faire se rencontrer ces deux perceptions. Dès que je ressens un risque de tension, que la personne soit jeune ou plus âgée, j’essaie de comprendre ce qui se passe et non de juger. La communication est souvent plus facile entre les 40-45 ans et les 20-25 ans qu’entre ces derniers et les plus de 55 ans. Ma démarche, c’est que le jeune découvre tout ce qu’il peut apprendre aux côtés du senior et vice-versa.  Le monde du travail est différent d’il y a quelques années. Les jeunes maîtrisent les outils sociaux et cherchent un meilleur équilibre entre travail et vie privée. Mais ils sont très motivés et s’engagent d’autant plus qu’on leur accorde autant de confiance qu’aux plus âgés et qu’on leur montre à quel point ils sont importants dans l’atteinte des objectifs de l’entreprise. Les jeunes apportent des compétences spécifiques et complémentaires. Il est important de faire comprendre aux seniors qu’ils ne doivent pas attendre des  jeunes qu’ils deviennent comme eux et travaillent de la même manière. Ils doivent au contraire prendre tout ce qu’il y a de bon dans la génération Y car celle-ci est le reflet du monde d’aujourd’hui. Je suis convaincue qu’à partir du moment où il y a une relation d’échange, c’est à la génération senior à s’adapter et à respecter les attentes légitimes des nouvelles recrues tout en attendant du respect pour leurs propres valeurs et celles de l’entreprise.  Chez Cofinimmo comme ailleurs,  s’il se sent respecté, un jeune donne le maximum et fait preuve de disponibilité et d’engagement. Le souci majeur, c’est de maintenir l’enthousiasme à long terme. Il est de la responsabilité de l’entreprise de continuer à motiver les seniors, de les traiter de manière équitable notamment en continuant à leur proposer des formations. Il faut chercher des pistes, valoriser l’apport des plus âgés. Nous avons ainsi créé une fonction d’expert pour quelqu’un qui  ne pouvait plus exercer de fonction managériale. C’est aux RH avec le soutien du Comité de direction  d’assurer le maintien de l’enthousiasme de chaque collaborateur. Dans mes fonctions, je mets en avant la complémentarité entre les générations tout en veillant, lors de recrutements, à engager des jeunes qui ont envie de s’investir et d’être dans l’échange. J’ai 61 ans, je suis senior, et je rencontre dans mes diverses activités des personnes de toutes générations: sur les bancs de l’école du BAO, dans les cours que je donne à l’ICHEC,… L’important c’est de ne pas se retirer derrière nos certitudes et de rester ouvert. Par Christiane Thiry

Statines : la menace du diabète

Le parcours que j’ai suivi à l’école de coaching du BAO Group m’a rendue plus ouverte et plus tolérante. Je me suis particulièrement imprégnée de …