AspriaPRO : mieux vaut prévenir que guérir

Aspria

L’épidémie actuelle de COVID19 a révélé la vulnérabilité et le risque de mortalité des personnes âgées mais aussi des plus jeunes souffrant de comorbidités. Comment savoir si nous sommes concernés ?

Les experts Aspria et le Professeur Nathan Clumeck font le point sur les « tueurs silencieux ».

Quel âge a votre corps ?

Vous connaissez votre âge, n’est-ce pas ? Mais saviez-vous que ce chiffre représente votre âge chronologique (le nombre d’années depuis votre naissance) et qu’il existe un autre âge nettement plus important en termes de bien-être ? Il s’agit de l’âge biologique, celui qui reflète l’état de votre corps.

L’âge biologique dépend directement des choix en termes de mode de vie : routine sportive, régime alimentaire, consommation d’alcool, tabagisme, hydratation, forme aérobie, gestion du poids, stress et autres.

Et l’impact d’un mode de vie sain sur notre corps est indéniable, en termes de niveaux d’énergie mais aussi en termes de diminution des risques de maladies et de décès prématuré.

Dame sport

Shutterstock

Comment mesurer et suivre l’âge biologique ?

C’est ici qu’intervient AspriaPRO, le système de mesure de la santé et du bien-être des clubs Aspria.

Dans le cadre du programme AspriaPRO, un expert analyse différents paramètres comme la composition corporelle, la pression artérielle et le taux de cholestérol et de glucose, le VO2 max, les radicaux libres, antioxydants et stress oxydatif, la variabilité de la fréquence cardiaque et la résistance au stress et une analyse de la posture.

Sur la base de ces résultats, le système calcule l’âge biologique de la personne, tandis que l’expert AspriaPRO lui formule, si nécessaire, des recommandations pour améliorer son bien-être.

Les tueurs silencieux : obésité, diabète et hypertension artérielle

Au cours de l’évaluation AspriaPRO, la composition corporelle, la pression artérielle et le taux de cholestérol et de glucose sont analysés. Ces facteurs peuvent révéler certaines maladies.

Diabète de type II (associé au surpoids), hypertension artérielle et hypercholestérolémie, constituent le « Syndrome Métabolique ». En fonction des pays, il touche 20 à 30% des personnes de plus de 50 ans. L’association de ces trois facteurs augmente la probabilité de survenue d’accidents vasculaires (comme les infarctus) et de cancer dont le pronostic vital est aggravé.

Le mécanisme commun aux différents aspects de Syndrome Métabolique est un état inflammatoire chronique lié à la sécrétion de cytokines pro-inflammatoires ; les mêmes qui sont impliquées dans la tempête cytokinique de l’infection par SARS-CoV-2.

Les causes du Syndrome Métabolique sont principalement l’excès de poids par apports alimentaires déséquilibrés et excessifs, la sédentarité et probablement une perturbation du microbiote intestinal.

Si le surpoids est une réalité dont on a conscience, l’hypertension artérielle, l’hyperglycémie et l’hyper cholestérolémie peuvent exister depuis des années sans qu’on ne s’en rende compte jusqu’au moment de l’apparition d’une complication clinique. C’est à ce titre qu’on peut les qualifier de « tueurs silencieux ». C’est aussi à ce titre qu’il faut les dépister quand l’opportunité se présente.

Aujourd’hui des traitements pharmacologiques, efficaces et bien tolérés existent pour traiter ces désordres métaboliques. Il reste que l’exercice physique est une thérapie naturelle très puissante. Ses effets favorables ont été démontrés sur la quasi-totalité des systèmes organiques dont les métabolismes glucidique et lipidique, le système cardio vasculaire et rénal, le foie, le système respiratoire et nerveux central. Sans parler du système immunitaire.

Vivre en bonne santé

« Vivre en bonne santé » implique une démarche proactive entre autres dans le dépistage et la prise en considération des menaces potentielles qui risquent de se concrétiser des années plus tard.

Lorsque l’on avance en âge, même si l’on se sent en bonne santé, l’âge biologique peut devenir un grand facteur de motivation : il incite à faire les efforts dont le corps a besoin et permet de réaliser l’importance d’un mode de vie équilibré et sain.

Cela ne veut pas forcément dire qu’il faut s’entraîner d’arrache-pied et suivre un régime alimentaire strict. Un mode de vie sain doit pouvoir être appliqué sur le long terme, et doit donc aussi comprendre de la relaxation, une bonne gestion du stress… et un petit verre de vin de temps en temps !

Vous souhaitez connaître votre âge biologique et prendre soin de votre santé ? Rendez-vous ici.

Cet article a été réalisé en étroite collaboration avec Aspria.
www.aspria.com

Lire aussi :
« The Father » nous plonge avec justesse dans les couloirs de la démence sénile
Se (re)connecter à la joie
FOOD : consommer mieux pour se sentir bien

Nous recherchons des participantes saines.

L’épidémie actuelle de COVID19 a révélé la vulnérabilité et le risque de mortalité des personnes âgées mais aussi des plus jeunes souffrant de comorbidités. Comment …